Copy

Lettre d'info, avril 2021

Aficionados, ceux qui vont mourir ne vous saluent pas

Lisa Lou, déléguée du CRAC Europe 40 et 64, a pris des photos des taurillons qui devaient être exécutés lors de la novillada non piquée prévue à Saint-Vincent-de-Tyrosse le 9 mai et reportée à une date non précisée.

Pourquoi non piquée ? Parce que les animaux sont trop jeunes pour subir la pique, appelée le « châtiment » ; ils ne la supporteraient pas et mourraient trop vite !

Le mensonge le plus répandu par tous les défenseurs de la corrida est que les taureaux vivent tranquillement jusqu'à l'âge de 5 ans dans les prés...

La preuve que non.

La vraie beauté d'un taureau : vivant dans son champ.

Chaque petite victoire est un pas vers l'abolition

Lisa Lou, déléguée du CRAC Europe et Marie Lafaille, présidente de Landes anti corrida, ont été saisies par un parent d'élèves qui dénonçait l'affichage de photos de corridas dans l'enceinte du lycée Charles Despian à Mont de Marsan.
 

Ci-dessous la lettre envoyée par Lisa Lou et Marie Lafaille.


Monsieur le Proviseur,


Des courriers et des mails provenant d’un parent d’élève ont été envoyés au lycée Charles Despiau à Mont de Marsan pour dénoncer l’affichage de photos de corridas sur les murs de ce lycée.

Ce plaignant n’a eu ni retour, ni réponse à ce jour. Contacté par cette personne, le Collectif Landes Anti Corrida et le CRAC Europe, soutiennent sa démarche.

L'appréciation de la corrida ne doit pas être influencée par des images de taureaux ensanglantés au sein d’un établissement scolaire. Cette diffusion de clichés, même restreinte, banalise la souffrance et la mort d’un taureau et pourrait même être interprétée comme une incitation à la violence animale. Il est donc choquant de conditionner 1500 élèves en ce sens.

Ce concept « d’exposition » permanente est une forme de prosélytisme. Aussi, la neutralité de la décoration murale dans les couloirs et le réfectoire devrait être de mise.

Tous les parents et tous les élèves ne sont pas des aficionados (amateurs de corridas) et certains peuvent être choqués sans oser le dire. Seuls les parents, dans le cadre privé de la vie familiale, peuvent orienter certains choix de loisir pour leurs enfants.

L’histoire de la tauromachie avec mises à mort, même en illustrations, ne fait pas partie du programme d’enseignement de l’éducation nationale. Ne pensez-vous pas, monsieur le Proviseur, que votre statut va à l’encontre de votre rôle en cautionnant ces affichages et en méconnaissant les recommandations du Comité des droits de l’enfant, organe de l’ONU à la France, en janvier 2016.
Ces préconisations ont été adressées à tous les pays dans le monde pratiquant ces « spectacles « indignes du 21ième siècle. De plus, L’UNICEF France qui mesure l’impact de cette soi-disant culture dans certaines régions et villes de France, s’est fait l’écho de cette position au regard des engagements et de la mobilisation en faveur des droits de l’enfant dont il est garant en France et dans le monde.

Nous demandons donc, Monsieur le Proviseur, pour toutes ces raisons, le retrait de ces photos qui font l'apologie de la torture tauromachique des murs du lycée public Charles Despiau à Mont de Marsan.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Proviseur, l’expression de nos respectueuses salutations.

Lisa Lou, déléguée CRAC Europe (Comité radicalement Anti Corrida pour la protection de l'enfance), déléguée de Landes anti corrida

Marie Lafaille (présidente de landes anti corrida).
 

Ici , la réponse du proviseur que nous remercions d'avoir enlevé ces photos.

L'équipe du CRAC Europe
Aidez les taureaux
Don & adhésion
Suivez-nous
Visiter la page Facebook du CRAC Europe
Visiter la page Twitter du CRAC Europe
Visiter la chaine YouTube du CRAC Europe
Copyright © 2021 CRAC Europe, Tous droits réservés

Pour vous désinscrire