Copy
Les Français maîtrisent de moins en moins leur pouvoir d'achat Voir cet email dans votre navigateur
Le Magazine L'Or et l'Argent L'Or et l'Argent
mardi 31 mai 2016
Image Edito
 
Les Français maîtrisent de moins en moins leur pouvoir d'achat

Les chiffres de l'Insee sont formels : le pouvoir d'achat des Français n'a cessé de progresser année après année. Pourtant, la plupart des ménages continuent d'affirmer qu'ils s'en sortent moins bien qu'avant, en particulier depuis l'introduction de l'euro au début des années 2000. D'où leur vient ce sentiment de ne plus maîtriser leur budget ?

L'euro a bouleversé les repères

Outre l'exercice de conversion plus ou moins durable auquel les Français se sont livrés au moment du passage à l'euro, la difficulté a surtout été de s'adapter aux nouveaux repères de valeurs. Seuil acceptable, prix psychologique, valeur perçue, toutes ces notions ont été complètement remises à plat et certains ont eu du mal à s'y retrouver dans cette valse de nouveaux prix qui ne signifiaient plus rien pour personne. Et le fait que quelques uns de ces repères aient justement été revus à la hausse a fortement contribué à donner l'impression que l'euro avait fait perdre du pouvoir d'achat aux Français. Ainsi, on donne parfois l'exemple de chaussures ou de vêtements vendus dans la grande distribution à certains moments-clés de l'année (rentrée des classes, fêtes, soldes...) qui étaient jusque là proposés à 49 francs pour attirer les acheteurs, et qui se retrouvaient tout-à-coup à 9,90.

D'un autre côté, indépendamment du calcul qu'il était capable de faire pour les prix à la consommation, un salarié avait en revanche beaucoup de mal à se dire qu'il ne s'était pas appauvri en voyant la valeur absolue de son salaire passer de 6500 (francs) à moins de 1000 (euros).

La progression du pouvoir d'achat doit être relativisée

Pourtant, d'un point de vue strictement statistique, on sait que le pouvoir d'achat des Français à progressé depuis 15 ans, même si aujourd'hui cette progression a ralenti (on est globalement passés de +2,5% par an à environ +1,7%). Mais ce pouvoir d'achat est calculé d'une manière globale qui ne tient pas vraiment compte de certaines réalités qui forment le quotidien des ménages. Tout d'abord, le pouvoir d'achat "statistique" est basé sur le revenu disponible brut (RDB), lequel comprend le salaire mais pas seulement. Or, c'est justement le salaire qui est le plus directement visible pour les gens, et même si l'Insee confirme qu'il a augmenté plus vite que l'indice des prix (signant là un gain net de pouvoir d'achat), il a en revanche progressé moins vite que certaines dépenses, à commencer par celles que l'on appelle les dépenses contraintes, c'est à dire celles pour lesquelles on s'engage à plus ou moins long terme, généralement par contrat, mais aussi par obligation sociale.

L'importance croissante des dépenses contraintes

Loyer, énergie, eau, charges, assurances mais aussi crédits (les Français s'endettent davantage qu'il y a 20 ans, notamment pour assurer de plus en plus d'achats de consommation courante), sont autant de dépenses contraintes qui ont eu tendance à fortement augmenter ces dernières années. Les déplacements également coûtent plus cher, notamment en raison du prix des carburants qui n'ont cessé de progresser en dépit des fluctuations des cours du pétrole. Mais ce sont les communications (téléphonie mobile, internet, etc.) qui ont littéralement explosé tout en devenant incontournables (même l'État rend désormais le numérique obligatoires pour certaines démarches). Sans oublier enfin les frais financiers qui se sont multipliés avec la mise en place de tarifications bancaires pour le moins contestables...

Au total, ces dépenses contraintes représentent aujourd'hui plus de 40% des dépenses des Français, amputant lourdement leur budget dès les cinq premiers jours du mois, les privant du même coup de toute possibilité d'arbitrage. Cette contrainte contribue elle aussi à donner aux ménages l'impression qu'ils ne maîtrisent plus leur budget et donc qu'ils ont perdu une certaine liberté à gérer leur pouvoir d'achat.

Un indice des prix assez éloigné des critères d'évaluation des ménages

Autre source de préoccupation pour les ménages : les dépenses de consommation courante. Certes, l'indice des prix tel qu'il est calculé officiellement montre une progression plus faible que celle du revenu disponible brut moyen. Ce qui signifie en clair que les prix augmentent moins vite que les revenus. Mais cette vision statistique semble de plus en plus déconnecté du niveau de dépenses courantes des Français. Car, lorsqu'ils veulent se faire une idée de l'amélioration ou de la détérioration de leur pouvoir d'achat, les ménages se focalisent principalement sur l’évolution des prix de quelques produits spécifiques : alimentation de base (pain, lait, viande...), tabac, essence, etc. Or, les prix de ces produits ont justement connu de très fortes augmentations depuis l'arrivée de l'euro. Et peu importe que d'autres produits aient vu leurs prix baisser très nettement (électroménager, vidéo, technologie...), ils ne font pas partie des préoccupations quotidiennes des ménages.


Jean-François Faure

VS Zanzibar

Nos impôts au service des dérives capitalistes de la CGT

nouvelle

Une fois de plus, la CGT menace de paralyser l'économie française en prenant comme alibi la défense des salariés contre le capitalisme. Pourtant, à y regarder de plus près, le syndicat du prolétariat a depuis longtemps adopté une gestion interne pour le moins capitaliste dont l’ambiguïté frise parfois la caricature.

 

Lire la suite »
 
 

Le surendettement de plus en plus fréquent des classes moyennes

nouvelle

On a coutume de dire que les classes moyennes constituent la catégorie sociale la plus malmenée par les trépidations économiques et politiques actuelles, et force est de constater que leur situation financière ne cesse de se dégrader depuis quelques années au point que de plus en plus de ménages qu'on aurait pu croire jusqu'ici à l'abri du besoin se retrouvent chaque jour en situation de "faillite personnelle".

Lire la suite »
 
 

Retraites : quand les sacrifices du privé préservent les privilèges du public

nouvelle

En 2016, le budget national consacrera près de 58 milliards d'euros à la retraite des fonctionnaires d'État (2,5 millions de personnes, soit environ la moitié des agents de la fonction publique). Or, seul un dixième seulement de cette somme est couvert par les cotisations des fonctionnaires. À côté de cela, d'énormes contraintes imposées aux salariés du privé ont permis de rétablir la situation de la branche vieillesse de la SS, tandis que les retraités du public sont désormais plus nombreux que les actifs.

Lire la suite »
 
 

Un ex-inspecteur de l'URSSAF témoigne : 80% des contrôles seraient injustifiés

nouvelle

Gilbert a travaillé pendant 17 ans au service contentieux d'une URSSAF locale du Sud-Ouest. Aujourd'hui employé d'un cabinet comptable, il évoque une politique de contrôle souvent abusive, destinée avant tout à "faire du chiffre". Nous lui avons posé quelques questions pour tenter d'en savoir un peu plus.

Lire la suite »
 
 

Cours de l’or, Brexit, argent

nouvelle

Qui a peur de la baisse du cours de l’or ? Les investisseurs émotifs mais pas les épargnants prudents ! Cette semaine, les cours de l’or ont dévissé en dollar et en euro suite à l’annonce de la FED. Ce qui n’empêche pas l’or d’être soutenu par de nombreux facteurs de crise, ni la Chine et la Russie d’acheter de l’or. Les Anglais aussi achètent de l’or, en vue d’un éventuel Brexit.

Lire la suite »
 
 

Comment acheter des pièces d’or authentiques ?

nouvelle

Posséder quelques pièces d’or est une sécurité pour votre épargne. En fonction du pourcentage qu’elles représentent dans votre patrimoine, elles peuvent vous protéger contre l’inflation. C’est un filet de sécurité en cas de crise grave. Si vous n’avez pas eu la chance d’en hériter et que vous souhaitez en acheter quelques unes, voici mes conseils pour en acheter sans se faire arnaquer.

Lire la suite »
 
 

Bitcoin : monnaie virtuelle, mais risques réels

nouvelle

La monnaie virtuelle est-elle appelée à devenir réelle ? L’Allemagne a reconnu officiellement le bitcoin comme une “monnaie privée”. Une décision qui permet au pays de taxer cette nouvelle monnaie virtuelle… mais qui montre aussi l’importance grandissante qu’elle prend. Loretlargent.info fait le point sur cette alternative pas si virtuelle que cela, et qui présente aussi des risques.

Lire la suite »
 
 

Vidéo : Pourquoi acheter de l’argent maintenant ?

nouvelle

En termes de placement et d’investissement, il y a un métal à ne pas perdre de vue… en plus de l’or. Il s’agit de l’argent. Pourquoi ? Parce qu’il est complémentaire de l’or et parce qu’il est encore plus accessible. Mais aussi parce que demain, le cours de l’argent est appelé à monter.

Certains signes montrent déjà que l’argent va devenir de plus en plus intéressant pour un investissement. C’est donc le bon moment d’acheter de l’argent, et je vous explique pourquoi.

Lire la suite »
 
 
Notre adresse:
AuCOFFRE.com / Magazine L'Or et l'Argent
9-11 Allée de l'Arche
Tour Ernst & Young
Courbevoie 92671 France
facebook twitter youtube Aucoffre.com
Copyright © 2016 L'Or et l'Argent, Tous droits réservés.
Vous recevez cet email car vous êtes en contact avec Le Contrarien Matin, L'Or et l'Argent ou la société AuCOFFRE.com.
 
Si vous ne souhaitez plus recevoir notre newsletter, suivez ce lien pour vous désabonner.