Je suis consultante en lactation certifiée IBCLC, seule certification internationalement reconnue en matière d'allaitement maternel.

Bonjour,

Ma newsletter vous propose chaque mois des cas cliniques sur un thème, accompagnés d’une bibliographie. Ces cas cliniques vous permettent une mise à jour mensuelle de vos connaissances en matière d’allaitement. N’hésitez donc pas à partager cette newsletter avec vos collègues.
Si vous souhaitez faire un commentaire, vous pouvez l’envoyer à contact@allaiteraparis.fr.
En vous souhaitant une bonne lecture.
 
Véronique Darmangeat, consultante en lactation certifiée IBCLC.

Cas clinique 1

Cette mère a bien démarré l'allaitement de son bébé.
Suite à des conseils erronés donnés par le pédiatre de son bébé, elle a diminué le nombre de tétées et le bébé n'a pris de poids pendant deux mois.
Il a donc fallu relancer sa lactation.

Cas clinique 2

Ce bébé a bien pris du poids pendant pendant deux mois pour subitement perdre du poids pendant deux mois.
Que s'est-il passé ?
En revoyant la conduite de l'allaitement et en relançant la lactation, ce bébé a pu reprendre un allaitement exclusif.

4 tétées par jour, est-ce suffisant ?


Etude du cas clinique

Cette mère a accouché deux semaines avant terme d’un petit garçon, Théo, de 2,870 kg. C’est son troisième enfant. Elle a allaité ses deux premiers enfants respectivement 11 et 16 mois.
L’allaitement démarre bien et Théo pèse 4,100 kg à un mois.
A deux mois, il pèse 5,100 kg.
A trois mois, il pèse 5,800 kg. Il tète en général toutes les 3-4 heures, de jour comme de nuit. Le pédiatre annonce alors à la mère que Théo n’a plus besoin de téter la nuit. La mère décide donc supprimer les tétées de nuit. Il reste alors 4 tétées par jour.
A quatre mois, Théo pèse 5,900 kg. Le pédiatre demande à la mère de donner des compléments. Mais la mère a peur que ces compléments signent la fin de son allaitement et elle refuse de les donner. Par contre elle ajoute une tétée par jour. Théo tète alors 5 fois par jour.
A cinq mois, le bébé pèse toujours 5,900 kg. Le pédiatre demande à la mère de donner des légumes à son bébé dans l’espoir de faire décoller la prise de poids.

Mon intervention
La mère fait appel à moi lorsque son bébé a cinq mois et dix jours. Elle veut absolument pouvoir poursuivre son allaitement.
Elle m’explique que les tétées sont courtes, que son bébé se distrait facilement et qu’il tète ses doigts. Elle a essayé de tirer son lait au tire-lait mais n’y arrive pas.
J’observe la bouche du bébé qui ne présente aucune particularité. Par contre Théo a les joues creuses, des cernes et donne l’impression que ses yeux occupent la moitié de son visage. Son tonus est normal.
J’observe une tétée : Théo prend le sein correctement, il déglutit régulièrement pendant quelques minutes puis il s’énerve au sein, le lâche et refuse de le reprendre. Si l’on stimule manuellement le sein, on exprime du lait sans problème.
J’explique à la mère que son bébé est capable de très bien téter mais se désintéresse du sein quand le lait ne coule plus suffisamment rapidement à son goût et se contente de ses doigts. Il est nécessaire de relancer la lactation rapidement.
Je lui propose alors de mettre Théo au sein beaucoup plus souvent, dès qu’il met ses doigts à sa bouche. Il est capable de téter suffisamment bien pour relancer la lactation. Par contre il est nécessaire qu’il tète très souvent.
En complément, je propose à la mère d’essayer de faire une cure de fénugrec pour aider à relancer la lactation.
La mère a du mal à accepter l’idée que son fils tète très souvent…mais elle a encore plus de mal à l’idée qu’il prenne une préparation pour nourrisson en complément. Elle est donc d’accord pour essayer.
Une semaine plus tard, Théo pèse 6 kg. C’est encore trop juste mais c’est reparti à la hausse.
A six mois, il pèse 6,300 kg. La mère m’explique que Théo ne s’énerve plus au sein, qu’il tète environ toutes les deux heures et que l’allaitement se passe bien.
Aujourd’hui, Théo a huit mois et pèse 7 kg. C’est absolument parfait et la mère est satisfaite.
Dans ce cas, le conseil de réduire le nombre de tétées a engendré la cassure de la courbe de poids et la baisse de la lactation. Le fait d’augmenter le nombre de tétées a permis de faire repartir le poids à la hausse.

Une lactation mal stimulée


Etude du cas clinique

Cette mère a accouché à 39 semaine d’aménorrhée d’une petite fille, Noémie de 2,980 kg.
L’allaitement a bien démarré. La mère a reçu comme consigne à la maternité de donner un sein par tétée et de donner une tétine entre les tétées pour faire patienter le bébé et donner les tétées toutes les 3 heures.
A 15 jours, Noémie pèse 3,100 kg. A un mois, elle pèse 3,600 kg. Cette prise de poids est parfaitement normale.
A deux mois, Noémie pèse 4,200 kg. Cette fois-ci c’est un petit peu juste mais personne ne pense à revoir la conduite de l’allaitement.
A trois mois, Noémie pèse 4,100 kg. Elle a perdu du poids mais personne ne semble s’en inquiéter. Noémie pleure beaucoup. Au bout de quelques semaines, sa grand-mère, puéricultrice, s’en inquiète et insiste pour faire repeser le bébé : à quatre mois elle pèse 3,900 kg !
La mère commence alors à donner des compléments de préparation pour nourrisson au bébé après chaque tétée, au biberon pour un total de plus de 600 ml par 24 heures.
A cinq mois, Noémie pèse 5,200 kg

Mon intervention
La mère fait appel à moi quand Noémie a cinq mois et une semaine car elle refuse le sein depuis une semaine et la mère voudrait revenir à une allaitement exclusif.
J’observe la bouche de Noémie : elle présente un palais bas et a tendance à téter mon doigt en laissant sa langue derrière au lieu de l’allonger vers l’avant.
Je propose à la mère d’essayer de proposer le sein à Noémie…qui l’accepte ! Elle déglutit très peu et est facilement distraite.
 
Je propose donc à la mère de systématiquement proposer les deux seins à Noémie quand elle a faim. Puis de lui proposer un complément, puis de tirer son lait en utilisant la méthode de Jane Morton.
La mère met en place immédiatement ces recommandations. Elle poursuit les compléments et commence à tirer son lait 7 fois par 24 heures. Les quantités augmentent chaque jour, pour un total de 300 ml de lait tiré dès le 3e jour. Neuf jours après ma visite, la mère tire plus de lait que ce que prend sa fille après les tétées : sa fille ne prend plus que 80 ml de complément par 24h !
A six mois, Noémie pèse 6,100 kg, ne prend plus du tout de complément et sa mère ne garde plus qu’un tirage par jour pour stimuler la lactation.
Dans ce cas, les conseils erronés donnés en maternité on conduit à une mauvaise prise de poids dès que la lactation a diminué faute de stimulation suffisante. Il a suffit de restimuler pour revenir à un allaitement exclusif.
Bibliographie
  • J Riordan, K Auer-bach , Breastfeeding and Human Lactation, Ed Jones and Barlett. 1999, 326 28.
  • R A Lawrence, Breastfeeding :  a guide for the medical profession, Ed Mosby. 2011.
  • Marsha Walker, Breastfeeding Management for the clinician, Jones and Bartlett Publishers, 2012.
  • L’allaitement, comprendre et réussir, Jack Newman et Teresa Pitman, Jack Newman Communications, 2006.

Pour aller plus loin dans l’apprentissage de la gestion de ce genre de situations, je vous propose de vous inscrire à mes formations approfondies à l’allaitement maternel.

La prochaine aura lieu le lundi 8 septembre 2014 :  
La prise de poids du bébé allaité.

N’hésitez pas à faire circuler l’information auprès de vos collègues.

Copyright © 2014 Véronique Darmangeat, Tout droit réservé.
Email Marketing Powered by Mailchimp